Montcuq TV accueil
montcuq affiche mairie
Contact
montcuq affiche mairie
Plus de Vidéos Montcuq.tv
montcuq affiche mairie
Chroniques
Salon du Livre

La dérive budgétaire d'une commune nouvelle : propos et faits


Des travaux pharaoniques ? Mais non prétend le maire début 2018 mais le coût prévu passe dans l'année de 600 000 à 1 545 000 euros !



Quant à l'emprunt annoncé à 240 484 euros en octobre 2018, il était réalisé à 600 000 euros, validé au conseil municipal du 18 décembre 2018 !
Sans aucune mise en concurrence de banques ! Crédit Agricole !


"Montcuq" chaîne Youtube... Accès et Abonnement GRATUIT en 2 clics.







Les finances de notre petite commune nouvelle semblent avoir dévissé en 2018 malgré les propos très rassurants du maire et de l'adjoint aux finances lors des voeux 2018...

Passer de 600 000 à 1 545 000 euros dans une commune de 1 342 électeurs (quand aucun n'a voté pour l'équipe municipale en place !)

Avec dans leur propre rôle, Alain Lalabarde le maire, Patrice Caumon et Marie-José Sabel (Mme Sabel) des adjoints.

Montant connu à la création de la commune nouvelle en janvier 2016 : 600 000 € HT
Toujours celui connu par Montcuq TV au 12 janvier 2018.

Montant conseil municipal du 2 octobre 2018 : 1 545 804 € HT

Dont la "première tranche" avec un recours à l'emprunt de 240 484 euros validé au conseil municipal du 2 octobre 2018.
L'emprunt pour cette PREMIERE TRANCHE passe rapidement à 600 000 euros, validé au conseil municipal du 18 décembre 2018 !

Un emprunt surprenant, avec juste une demande au Crédit Agricole. Aucune mise en concurrence de banques !
Je n'ai rien contre le Crédit Agricole, partenaire du salon du livre,
mais administré, cette manière de procéder me semble choquante.
Qui plus est, deux banques ont une agence sur notre commune !

Les "communes nouvelles" ont sûrement aussi comme "ambition" de permettre plus d'endettement des communes (la relance par l'investissement)

Car la capacité globale d'endettement a augmenté avec la fusion...

Investir oui... mais pourquoi et à quel coût ?

Ces élus de 2014 (sans le projet de fusion) semblent plomber la commune nouvelle pour des années ! Ah les poêles de Montcuq !

Quand A. Lalabarde, maire, déclarait le 12 janvier 2018 :
« Nous allons passer aux investissements ceux-ci resteront bien sur à l'échelle de notre commune et certainement pas pharaoniques comme j'ai entendu dire.
Quoi qu'il en soit une commune qui n'investit pas est une commune qui meurt c'est la réalité du terrain. »

P. Caumon, homme central de la fusion, adjoint aux finances,
Le 12 janvier 2018

« Tout va bien...
On n'a pas prévu de s'endetter à nouveau pour cette année...
Je pense qu'on sera amené à le faire si on mène un très grand projet, ce sera possible dans les années qui viennent...
Tout va bien, pour le moment, on s'est engagé à bien gérer cette commune, et je crois qu'on arrive... et je pense que vous pouvez être sereins pour les années à venir »

Ce sera plus possible « dans les années qui viennent » car cette « bande de copains » (selon leur expression) a voulu laisser une trace de sa fusion.

Avec une telle somme, plutôt que le replâtrage kitch du "coeur de Montcuq", des possibilités d'investissements productifs existaient :

- Le transfert du camping dans un cadre plus attractif ;

- La réouverture de la grotte de Roland par un partenariat avec le public ;

Mais nous avons eu le gouffre d'Alain : 1 545 804 € HT dans une commune de 1 342 électeurs.

Coûts pharaoniques pour travaux dogmatiques : du béton du béton !

Souvenez-vous du 14 juillet 2018...
On peut maintenant imaginer que la ridicule rodomontade de M. Le maire du 14 juillet 2018 relevait de la tentative de persuader le chroniqueur qu'il subirait pire s'il s'ingéniait à critiquer la dérive budgétaire de la commune...

Cette possible mise en scène devant de nombreux administrés semble néanmoins avoir en partie réussi :
- les critiques publiques sont rares (euphémisme)
- et les administrés m'ayant publiquement témoigné leur soutien également (euphémisme)

On peut alors comprendre la raison de l'absence de réaction de M. Le maire aux propos de notre première adjointe le 12 août 2018...

Le duo aurait le même objectif, la même déontologie, la même philosophie ?
Le même respect de la démocratie éditoriale ?




Ajouter votre avis



Le 04 mars 2019 à 16 : 11